Association jamais devoir de mémoire

Chronologie de la 2eme Guerre Mondiale

1; L'axe a l'assaut de l'Europe :

1. LA GUERRE-ÉCLAIR

Hitler a pu agir en raison de la passivité des puissances européennes. En 1928, le pacte Briand-Kellog, signé par 60 pays, déclare la guerre « hors la loi ». La S.D.N. est impuissante face à la montée des dictatures, et aux agressions allemandes. La guerre débute le 1er Septembre 1939. La Pologne est victime de la Blitzkrieg, la guerre-éclair. Après dix jours de résistance, la capitale, Varsovie capitule, alors que l’Armée rouge occupe l’Est du Pays. A l’Ouest, les Français et les Anglais se pensent à l’abris derrière la ligne Maginot, attendent l’offensive de la Wehrmacht. Il ne se produit que quelques accrochages mineurs, c’est la « drôle de guerre ». Les offensives sont ailleurs, en direction du Nord avec les tentatives françaises et anglaises pour couper la route du fer aux allemands qui finit par provoquer l’occupation du Danemark et de la Norvège par les Allemands. L’attaque de la France débute le 10 Mai 1940. Les divisions allemandes passent par les Pays-Bas et la Belgique. Le front français est percé à Sedan ( 12 mai), en contournant la ligne Maginot. Les troupes franco-anglaises qui s’étaient portées au secours des belges doivent être évacuées d’urgence à Dunkerque en raison de l’avancée allemande. La population est terrorisée, les Français par millier se jettent sur les routes, c’est l’exode. La situation tourne à la débâcle avec l’accélération de l’avancée allemande et le départ du gouvernement de Paris après la proclamation de la retraite générale. Paris est occupée le 14 Juin et déclarée ville ouverte. Le Président du Conseil, Paul Reynaud est contraint à la démission et est remplacé par un homme de 83 ans, héros de la première guerre mondiale, le Maréchal Pétain. Le nouveau gouvernement une fois formé demande l’armistice qui est signé le 22 Juin à Rethondes. L’avancée allemande est suspendue le 25 Juin, coupant la France en deux. La zone libre au sud de la ligne de démarcation est confié à Pétain. Les Italiens entrés en guerre le 10 Juin occupent des territoires frontaliers dans les Alpes.

Une guerre qui s'étend

A partir du mois d’août 1940, Hitler engage la Bataille d’Angleterre. Les bombardements se multiplient. La résistance anglaise, dirigée par Winston Churchill, contraint Hitler à renoncer à l’invasion des îles britanniques. Il tente alors d’isoler le pays avec des sous-marins, c’est la bataille de l’Atlantique qui durera toute la guerre. En Méditerranée, Hitler doit porter assistance à leurs alliées italiens qui connaissent des difficultés dans les Balkans. La Grèce et la Yougoslavie passent sous le contrôle allemand. L’Égypte est atteint au printemps 1941. Le 22 Juin 1941, Hitler attaque son allier soviétique. L’opération porte le nom de Barberousse. L’Armée rouge, mal équipée et surprise, est débordée. Leningrad et Moscou résistent et ne doivent leur salut qu’à l’arrivée de l’hiver..

II. UNE EUROPE ALLEMANDE

1. L'Europe A LA FIN DE 1941

Les nazis organisent un véritable pillage économique de l’Europe. Le but recherché étant de renforcer le potentiel de l’Allemagne pour renforcer l’effort de guerre. Ils exigent de lourds frais d’occupation, réquisitionnent les matières premières, les produits industriels, les denrées alimentaires provoquant la pénurie, le rationnement et la misère. L’Allemagne fait appel à la main d’œuvre des pays conquis ainsi qu’aux prisonniers de guerre. A l’exemple de la France, se met en place un Service de Travail Obligatoires, qui constitue une véritable réquisition de tous les travailleurs. Tous les pays ainsi alliés à l’Allemagne doivent participer à la croisade contre le bolchevisme.

2. LA FEANCE DE VICHY

Nulle part, sauf en Norvège, les Allemands ne vont installer de gouvernement qui soient composés de nazis locaux. Dans les pays conquis, une minorité de la population, par résignation, intérêt, ou conviction, accepte de coopérer. C’est le cas du gouvernement de Vichy. – Le 10 Juillet 1940, une Assemblée nationale réunie pour la circonstance donne les pleins pouvoirs à Pétain, signant l’arrêt de mort de la IIIè République et créant l’État français. – L’acte officiel de mise en place de la collaboration en France intervient le 24 Octobre 1940, lorsque le Maréchal Pétain rencontre Hitler à Monitoire. Mais des décisions antérieures à cette réunion participent les exigences nazies. En effet le 3 Octobre 1940 est publié un Statut des Juifs. Il autorise ensuite l’internement des juifs étrangers et participe aux rafles, comme celle du Vélodrome d’Hiver le 16 Juillet 1942. En zone occupée, les collaborateurs exerce un contrôle actif sur la presse et la radio parisienne. Une Légion des Volontaires Français est créée pour combattre au cotés des Allemands. On retrouve des Français dans les Waffen S.S. ou dans la Gestapo. – En Novembre 1942, la zone libre est occupée, Pétain est alors assisté par Pierre Laval qui lui est imposé par les Allemands. Vichy devient un état vassal qui se dote d’une police politique, la Milice et organise le S.T.O.. Les Français ont tendance à se détacher du régime, non par la nature de sa politique mais en raison des conditions de vie qui deviennent de plus en plus difficiles. Le marché noir enrichit les profiteurs, et des maladies comme la tuberculose et le rachitisme ne font qu’accentuer le sentiment de malaise qui se développe parmi les Français.

3. LES RESISTANCES EN EUROPES

Partout en Europe l’occupation allemande provoquent l’émergence de mouvement de résistance. Des réseaux s’organisent et se développent dans la clandestinité. Des hommes et des femmes les rallient et prennent le maquis. En Allemagne même de petits groupes se forment pour s’opposer au nazisme et à Hitler. Les camps de concentration voient également se mettre en place une résistance du désespoir; mais les tentatives de révoltes sont réduites au silence par le sang. - Les deux pôles de la résistance. – Londres est le centre de la résistance occidentale, où sont réfugiés une grande partie des gouvernements libres d’Europe. Pour leur part, les Britanniques organisent et développent des réseaux de renseignements et d’évasion, soutiennent la presse clandestine, puis organisent des parachutages d’armes et de matériel radio, en vue d’opération de sabotages et d’embuscades. – A l’Est et dans les Balkans il faut attendre l’invasion de l’Union Soviétique, en Juin 1941, pour que la résistance s’organise. Cependant les Soviétiques n’accordent d’aide qu’aux seuls communistes comme en Pologne, en Grèce ou en Yougoslavie. Cette division entre résistants conduit à une lutte séparée réduisant son efficacité. – Malgré la répression allemande, les tortures, les exécutions d’otages, ces mouvements de résistance ont contribué à la libération de leur pays. La France libre et la Résistance intérieure. Le 18 Juin 1940, le général de Gaulle lance de Londres l’appel à la résistance. 10000 français, à l’automne 1941, ont rejoint les Forces Françaises Libres. Cependant les FFL n’étaient pas tous français, mais aussi sénégalais, tchadiens, camerounais …Les troupes françaises sont placées sous le commandement du général Leclerc ( 2ème Division Blindées ). Ces troupes à partir de 1942 s’illustrent en Afrique au coté des alliés contre l’Afrikakorps. Sur le territoire français, les premiers résistants sont avant tout des agents de renseignements de Londres. Les informations étant transmises par radio. Le ralliement des communistes, le rejet du S.T.O. et l’invasion de la zone Sud en 1942 accroissent les effectifs. La lutte armée s’organise dans les réseaux et les maquis (Vercors, Limousin ). La diversité politique des résistants multiplient les sources de tensions. Face à cette diversité, de Gaulle prône l’union. Pour ce faire, en mai 1943, il envoie en France Jean Moulin qui rassemble les mouvements au sein du Conseil National de la Résistance dont l’objectif est de préparer la libération de la France et d’amorcer les réformes politiques, économiques et sociales de l’après guerre. Jean Moulin est arrêté sur dénonciation en Juin 1943, il est torturé et exécuté par la Gestapo. A partir de 1944, les différents groupes armés sont assemblés dans les Forces Françaises de l’Intérieur ( F.F.I. ), commandées par le général Kœnig. Les actions armées se multiplient mais également la répression et l’exécution d’innocents quelle soit menée par la Milice ou la Gestapo ou les S.S.. Son action est essentielle quand le débarquement débute en Juin 1944.

4. Le génocide juif

Une politique d’internement. Dès 1933, les camps de concentration font leur apparition. De toute l’Europe, des hommes et des femmes sont internés qu’ils soient opposants politiques, résistants, homosexuels, tziganes, juifs ou prisonniers de droit commun, chacun étant reconnaissable par une étoile de couleur. La gestion des camps est placée sous l’administration des S.S. qui se reposent sur les prisonniers de droit commun. Les conditions d’acheminement et de vie dans les camps sont abominables. Les prisonniers sont exploités par les S.S. qui les louent aux industriels dont les usines sont à proximité des camps. La « solution finale ». Exclus de la société allemande depuis 1935, celle-ci devient européenne. Tous les pays conquis adoptent des législations anti-juives. Le port de l’étoile jaune devient obligatoire, et des ghettos juifs sont organisés. Le plus important ghettos se trouvent à Varsovie et comprend 500000 personnes. Dans les régions de l’U.R.S.S. conquises, des unités spéciales mettent en pratique les premières méthodes d’extermination en exécutant 1,3 million de juifs sur les 4 millions vivant dans le pays. En Janvier 1942, lors de la conférence de Wannsee ( banlieue de Berlin ) les autorités allemandes optent pour la « solution finale », c’est à dire la déportation et l’exécution systématique des populations juives d’Europe. La France participe a ce mouvement, lors de la rafle du Vel’d’Hiv, près de 15000 juifs parisiens sont arrêtés et déportés. L’essentiel des camps d’extermination est situé en Pologne, le principal étant celui d’Auschwitz-Birkenau, 1 million de juifs y seront assassinés. Ces camps sont des camps de travail et des laboratoires d’expérimentation. Des médecins sont chargés de « faire le tri » entre ceux capable de travailler et les autres qui seront exécutés immédiatement. Au total ce sont près de 6 millions de juifs qui sont exécutés soit environ 60% des juifs européens. On ne prendra conscience du carnage qu’à partir d’octobre 1944 et la libération des premiers camps.

III. UNE GUERRE QUI DEVIENT MONDIALE

1. L’ENTRÉE EN GUERRE DES ÉTATS-UNIS

Le président des États-Unis, Franklin Roosevelt favorable à l’entrée en guerre des États-Unis doit faire face à une opinion publique hostile à une intervention armée. Pour aider les alliés, il fait voter en mai 1941, la loi prêt-bail, qui permet aux américains non plus de vendre du matériel mais de le prêter. En Août 1941, Roosevelt et Churchill se rencontre à TERRE-NEUVE et élaborent la Charte de l’Atlantique qui prévoit la destruction de la dictature nazie. Les américains se sentent sans doute plus concernés par ce qui se passe dans l’océan Pacifique. En Juillet 1941, le Japon occupe l’Indochine française. Roosevelt suspend les échanges commerciaux avec le Japon principalement pour l’acier et le Pétrole. Le premier tournant de la guerre intervient le 7 décembre 1941, quand les japonais attaquent dans les îles Hawaii, le port militaire de Pearl Harbor. L’opinion publique américaine bascule en faveur de la guerre. Le 11 décembre, l’Allemagne déclare la guerre aux États-Unis.

2. LE JAPON ET LE PACIFIQUE

La progression du Japon est foudroyante. Hong Kong et Singapour sont pris sans difficulté. En Juin 1942, les japonais sont aux portes de l’Inde et de l’Australie. Les troupes japonaises sont bien accueillis dans des pays colonisés par les européens et les promesses de constitution d’une « sphère de coprospérité asiatique » mais la réalité est différente. La coprospérité est en sens unique et passe par l’installation de gouvernements pro-japonais et la surexploitation par la terreur des espaces conquis.

3. 1942:UN TOURNANT MAJEUR

Les Alliés ont déclaré la guerre totale, tous les moyens sont mis en œuvre pour produire ou créer de nouvelles armes. Le « Victory Program » anglais répond à ce soucis. Les avions à réaction font leur apparition ainsi que les premiers missiles avec les V1 et les V2 allemands. – Dans le Pacifique, les américains emportent leurs premières victoires à partir de mai 1942 avec la bataille de la mer de Corail. En juin, c’est à Midway, et de d’août à décembre à Guadalcanal. Les Japonais doivent renoncer à la conquête de l’Australie. – En Afrique, la bataille d’El-Alamein, en Octobre 1942 est remporté par les Anglais, ils obligent l’Afrika Korps de Rommel à battre en retraite. Le 08 Novembre 1942, les troupes anglo-américaines conduites par le général Eisenhower débarquent en Afrique du Nord. Ce débarquement provoque l’invasion de la zone libre en France. L’avancée des troupes alliés et l’action des F.F.L. de Leclerc contraint l’Afrika Korps à capituler en Mai 1943 en Tunisie. – Sur le font Est, les allemands se heurtent à la résistance soviétique à Stalingrad. Après cinq moi de siège, les troupes allemandes se rendent le 2 février 1943. – Dans l’Atlantique, la guerre sous-marine menée par les Allemands s’essouffle en grande partie à cause du développement de la flotte de guerre anglaise et américaine et l’apparition du radar et du sonar. A la fin de l’année 1942, début 1943, les armées de l’Axe et principalement l’armée allemande n’est plus invincible. L’armée allemande jusqu’alors dans une position offensive doit se placer sur la défensive.

IV. LA VICTOIRE ALLIÉE

1. LA LIBÉRATION

– L’offensive soviétique débute en juillet 1943. La Wehrmacht est repoussée des territoires soviétiques occupés. L’avancée de de l’Armée rouge se poursuit en direction de la Pologne, en Roumanie et en Bulgarie. – Les Alliés débarquent en Sicile en juillet 1943. Le 3 septembre, l’Italie capitule. Hitler intervient en plaçant Mussolini à la tête d’une République fasciste dans le Nord du pays. L’avancée des troupes alliés est retardée par les troupes allemandes, Rome est atteinte en Juin 1944. – Le 6 juin 1944, l’opération Overlord déclenche le débarquement des alliés en Normandie sous la direction d’Eisenhower. Mais il faut attendre jusqu’au 31 juillet avant que les troupes alliés ne fassent sautés le verrous allemand d’Avranches et ne se mettent en marche vers l’Est. A l’origine les troupes alliées devaient contourner Paris, mais l’insurrection de Paris oblige les américains à prendre Paris, c’est le cas le 25 août. La 2ème D.B. du général Leclerc entre dans la capitale. – Le 15 août, un deuxième front est ouvert en Provence, les troupes alliées progressent dans la vallée du Rhône . Les mouvements de résistance participent activement à cette libération.

2. L’EFFONDREMENT DE L’ALLEMAGNE

La France est pratiquement libérée fin 1944. Hitler tente une dernière offensive dans les Ardennes, en décembre. Le manque d’organisation et des problèmes d’approvisionnement en carburant marque l’échec allemand. L’Allemagne est submergée par l’Est et l’Ouest. Les armées américaines et soviétiques font leur jonction sur l’Elbe le 25 Avril 1945. Le 30 Avril 1945, Hitler se suicide dans son quartier général. Le 07 et 08 mai, à Reims et Berlin, l’Allemagne capitule sans conditions.

3. LA CAPITULATION JAPONAISE

Les États-Unis isolent les japonais dispersés dans les îles du Pacifique, pilonnent leur défense et récupèrent les archipels. Les Japonais répliquent par des raids de Kamikazes, avions suicides bourrés d’explosifs. En juin 1945, l’île d’Okinawa est reprise aux japonais, 110000 japonais y laissent la vie. L’aviation américaine est à porter du Japon. Un pilonnages du Japon aurait sans doute permis aux américains de faire plier le Japon. Le nouveau président des États-Unis décide d’utiliser une nouvelle arme : la bombe atomique. La première explose à Hiroshima, le 6 août 1945, la seconde le 9 août, sur Nagasaki font 150000 victimes. Le 2 septembre le Japon capitule marquant la fin de la Deuxième Guerre mondiale.

4. LE BILAN DE LA GUERRE

Le bilan dépasse largement celui de la Première Guerre mondiale. 50 millions de morts dont 6 millions dans les camps d’extermination et de concentration. Des milliers de villes sont réduites à l’État de ruines. Dans de nombreuses régions d’Europe, l’équipement industriel, ferroviaire, routier a été détruit. Tout manque. La menace nucléaire devient une réalité avec son utilisation au Japon. Les américains ne sont pas les seuls à posséder cette arme puisque les soviétiques annoncent à leur tour qu’ils sont en possessions de la bombe atomique en 1947. Les deux pays vainqueurs que sont les États-Unis et l’U.R.S.S. bénéficient d’un potentiel de popularité importante. Cependant ce sont les États-Unis qui financièrement et économiquement , exercent une totale suprématie. L’Europe, elle est ravagée, et perd définitivement sa prépondérance. La guerre s’achève, mais le monde est bouleversé, bien plus qu’il ne l’avait été en 1918. L’Europe est à reconstruire, un monde entier est à rebâtir. Surtout ce conflit a fait comprendre aux pays colonisés que les Européens pouvaient être battus. Les premiers actes de sabotages ont lieu afin d’avoir l’indépendance de leur pays : Voir onglet indépendance Algérie et des deux Républiques du Vietnam Le Laos et le Cambodge