Association JAMAIS conférences

Conférence

quelques extraits de lettres de professeurs et élèves.

1.

…Tout un après-midi, vous avez retenu l’attention des jeunes et la nôtre par votre témoignage à la fois bouleversant sur votre douloureux passé, mais aussi plein d’enseignements pour notre temps : message d’amour, de tolérance, de confiance en l’homme,hymne à la vie,nécessité de s’engager. Je sais déjà que ce moment très fort nous a marqués et je formule le vœu avec vous que nous sachions en tirer grand profit aujourd’hui et dans l’avenir P.L, professeur d’Histoire-Géo au Lycée de l‘Assomption, Bordeaux.

2.

… vous êtes arrivés à un moment où tout allait mal à mes yeux. Rassurez-vous, je ne vous ai pas écrit pour m’apitoyer sur mon sort mais seulement pour vous démontrer l’importance, l’impact de votre témoignage sur moi, l’incidence sur mon moral, ça m’a donné envie de me battre ! Votre expérience aide de nombreux jeunes qui sont dans le désarroi, j’en suis intimement persuadée, mais dites bien à vos futurs ‘petits-enfants’ de Mémoire qu’on trouve toujours pire que soi dans la vie et que renoncer à se battre c’est renoncer à sa liberté,à son existence. Je vous souhaite encore de belles années devant vous et plein de ‘petits enfants de Mémoire’. C.M, élève de Terminale ES, Bordeaux.

3.

Mais à mes yeux ce qui m’a le plus touchée c’est votre force de ne jamais abandonner, de donner constamment de l’espoir. Cette note d’optimisme, à la fin m’a beaucoup marquée. Je voudrais vous dire que vous pouvez me faire confiance : je n’oublierais jamais ce qu’il s’est passé pendant cette période de l’Histoire. Je n’oublierais surtout pas de le transmettre aux plus jeunes, de leur faire comprendre à leur tour. Je vous en fais la promesse. Je voudrais ajouter que votre manière de mélanger émotion, tristesse et espoir est formidable. Cette après-midi que nous avons passée est inoubliable, je vous embrasse tous très fort et encore mille mercis. Lisa, élève de Terminale littéraire, Bordeaux. Extraits de lettres de professeurs et élèves (suite) : …Malgré les malheurs que vous avez dû endurer, on ressent en vous tous cette chaleur humaine et cet optimisme qui vous donnent sûrement cet espoir. J’ai été très touchée par le témoignage d’Elisabeth lorsqu’elle nous a raconté sa souffrance quand on lui a arraché sa famille, sa mère et sa petite sœur. J’ai ressenti au plus profond de mon cœur ce déchirement. Je tiens à vous dire Madame ou plutôt Mamie Elisabeth : BRAVO ! En effet vous avez su reconstruire votre vie et montrer ainsi votre force intérieure. Quel exemple pour les femmes ! L.V, élève de Terminale L Bordeaux. 3 Comment ? Oui comment ne pas être ému face à votre ‘beau message’, c’est bien un message d’espoir que l’on doit absolument saisir. Je suis tout à fait admirative de l’élan que vous manifestez envers la jeunesse. Et je crois que dans cet échange qu’il y a entre vous et nous, ce dont on doit se ‘nourrir’ c’est de vos nombreux petits messages, de vos nombreuses petites réflexions si pertinents… Notamment celui qui s’apparente à un appel à la citoyenneté. Je dois vous avouer que c’est un sinon le message qui m’a le plus séduit. En effet, en tant que citoyen, on se doit d’assumer ses droits et ses devoirs. Ce que j’ai retenu de vos propos et où je veux en venir : au droit et au devoir d’aller voter. Mais aussi à la nécessité de résister, c’est bien entendu ici qu’il faut se rappeler ici la juste phrase de Lucie AUBRAC « Les Résistants ce sont des gens comme tout le monde ».Je crois avoir compris qu’il faut démystifier la Résistance et que celle-ci pouvait se manifester par des actions à priori toutes simples, comme faire savoir ses opinions, servir les intérêts de la nation (en respectant certains fondements,bien évidemment)… Bref, on en revient toujours aux droits et devoirs du citoyen. Par ailleurs je ne voudrais surtout pas oublier de vous faire part de mon approbation concernant votre réflexion sur l’Europe. Cette Europe des Cœurs que l’on doit continuer à construire. Il me paraît aussi important de se rappeler de cette civilisation et de cette identité commune que nous partageons, car en effet on a également voulu construire l’Europe pour préserver la Paix. Finalement, en osant aller un peu plus loin, l’Europe pourrait se présenter comme une allégorie du message principal que vous nous transmettez : « une allégorie de l’ESPOIR » L.G Terminale L. Extraits de lettres de professeurs et élèves (suite) : Les élèves de Collèges sont eux aussi, malgré leur jeune âge, en quête de vérité et de repères et leurs témoignages sont émouvants : … ce matin je prends mon temps et je vous écris, je voulais vous dire que votre témoignage m’a beaucoup émue. Grâce à vous, je profite un peu plus de la vie, et j’accorde plus de temps à ma famille. Ce dernier fait est principalement dû à vous Elisabeth ! J’ai eu comme l’impression d’avoir ressenti les mêmes impressions que vous, tout en sachant qu’on ne peut les ressentir sans avoir vécu votre expérience. Je vous parle de croyance, d’espérance parce que lorsque l’on a plus rien, plus l’être que l’on aime, plus l’amour qu’il nous donnait, même si au fond il est dans notre cœur, on espère un jour le retrouver, cet amour et cet être. Voilà tout est dit. Je suis fière d’ailleurs de cette lettre ! Et j’aimerais que vous sachiez que je l’ai écrite avec le cœur. Ce n’était donc pas de l’inspiration qu’il me fallait mais du cœur. C’est la première fois que je sens mon cœur guider ma plume. Bassin d’ARCACHON élève de 3ème.

4.

…en effet suite à votre intervention, nous avons pris conscience du rôle de notre génération, si jeune, si inexpérimentée, et parfois si irresponsable. Séparés par deux générations, nous vous avons pourtant mieux compris que nos professeurs ou même nos parents. Vos mots et vos sentiments sont parvenus à nous transmettre un formidable message de paix. C’est donc grâce à votre démarche que nous avons décidé de nous différencier des générations qui nous précédent et nous voulons laisser à l’Histoire notre empreinte. Vos témoignages nous ont fait comprendre le sens qu’il faut donner à la vie et comme l’ont si bien dit les intervenants « l’Amour sera toujours plus fort que la haine » Bassin d’ARCACHON, élèves de 1ère ES. J’ai été beaucoup émue par la dame qui était dans son fauteuil roulant, ce n’est pas juste qu’on lui a enlevé sa petite sœur. Et la dame qui a perdu son mari, elle a du être très triste, moi je comprends sa tristesse. Avec vous nous avons appris beaucoup de choses , même mieux que dans notre livre. Merci d’avoir revécu pour nous ce mieux que dans notre livre. Merci d’avoir revécu pour nous ces moments si difficiles. Bassin d’ARCACHON, une élève de 3ème SEGPA Un élève de 4ème, 15 ans à peine nous écrit : j’ai éprouvé aujourd’hui un sentiment nouveau que je n’avais jamais ressenti avant, un sentiment de chance, de bonheur, d’amour pour ma patrie, je vous remercie pour ce que vous m’avez apporté. Elève du Bassin d’ARCACHON.

Reçu par courrier électronique : Papy et Mamy, c’est gentil que tu essayes de me mettre en contact avec un jeune allemand, car je t’avoue qu’après tous ces événements qui se sont déroulés dans le monde et surtout en Allemagne ce pays me dégoûtait un peu. Mais tu m’as appris quelque chose : les allemands, pour la plupart ont changés !!! Pas de haine seulement de l’Amour, c’est une magnifique devise. Une élève de 3ème Le BOUSCAT. J’ai trouvé vos témoignages très émouvants et votre façon d’expliquer ces faits atroces a ouvert les cœurs de la totalité de la salle, ce matin Il est très important de faire comprendre aux jeunes qu’il ne faut plus voir ça et ne pas oublier. Par ailleurs les deux heures consacrées a ce ‘débat’ m’ont semblées vraiment trop courtes pour discuter d’un sujet aussi important. Elève de 3ème Lège-Cap-Ferret. Je vous adresse les photocopies des devoirs d’élèves qui ont été sélectionnés pour être envoyés au Jury du Concours National de la Résistance et de la Déportation. Ils vous donneront une idée du travail qui a été fait en classe et de l’impact de votre débat sur certains élèves comme Jennifer ou Maéva. Je vous remercie de toute l’énergie que vous dépensez pour

5.

informer les jeunes. Ils n’oublieront pas vos témoignages si poignants de l’émotion du vécu. Les lectures faites en classe ou les films n’ont pas le même effet : ils leur paraissent abstraits ou irréels. Un professeur de français. Bassin d’ARCACHON. Vous excuserez, je l’espère la familiarité avec laquelle je m’adresse à vous : n’y voyez que l’expression du plaisir que nous éprouvons tous, ici, à vous recevoir et à partager de grandes valeurs humanistes. Les professeurs, leurs élèves, les agents de service et nous-mêmes vous remercions tous les quatre des actions que vous menez avec un enthousiasme et une énergie qui forcent notre admiration. Un Principal de Collège Bordeaux périphérie. L’Enseignement Professionnel et Technique n’a rien à envier à l’Enseignement Général ainsi qu’en atteste les extraits suivants :

Aux élèves du Lycée de l’ASSOMPTION, qui nous ont si gentiment écrit, à tous ceux qui nous ont apporté leur affection pendant le débat Chers élèves, Vos si affectueuses lettres prolongent, par leur sincérité, le bonheur que nous avons éprouvé lors de notre rencontre, dans ce Lycée de l’ASSOMPTION, qui restera un moment fort, inoubliable, dans l’accomplissement ensemble du DEVOIR de MEMOIRES. Ce qui nous a frappé dans toutes vos lettres, c’est la parfaite compréhension des messages que nous tenions absolument à vous délivrer. Nous avons été entendus au-delà de nos espérances. Quel encouragement ! Quelle joie ! Que de bonheur de se savoir compris et surtout, cette certitude que notre action, loin d’être vaine, sera comme la graine qui tombe en terrain propice, et que le rayon de soleil que nous avons réussi à faire briller en vos cœurs, n’aura aucune peine à faire germer. Je ne vous ai pas caché ma libre pensée, mais je voudrais vous offrir un texte qui vous fera comprendre ce qui fut à l’origine de notre retour en Allemagne. Il était adressé à un jeune professeur d’Histoire et de religion catholique de MÜNSTER en Allemagne :

.

« Un dernier mot : j’ai longuement réfléchi avant de vous répondre 7 car je ne voudrais pas influencer votre propre engagement, vous dérouter d’une voie que vous avez librement choisie, en toute connaissance de cause. Je vous ai montré que ma foi laïque s’était montrée aussi forte, aussi respectable que la foi chrétienne, mais je pense très sincèrement qu’il faut mettre sa foi au service des hommes, peu importe sa spécificité, pourvu qu’elle respecte l’homme dans sa plénitude. » Fin de citation. Enfin, une élève de LORMONT, Lycée d’Enseignement Public, en Z.E.P) nous a écrit qu’elle priait pour nous ! Ne sommes-nous pas comblés ? Avec toute notre affection, Vos MAMYS et PAPY d’ARCACHON SUR LE SUICIDE DES JEUNES : L’évocation du suicide dans les Camps nous avait posé un problème de conscience, certains enseignants pensaient qu’il fallait éviter d’en parler en milieu scolaire. Nous pensons avoir résolu ce problème en offrant une réponse positive. SURVIVRE était la première forme de résistance dans les camps (Primo LEVY). Si certains se sont jetés sur les barbelés électrifiés ou devant les miradors, c’était par un excès de souffrance devenu insupportable. Ensuite nous leur avions demandé de garder un souvenir de nous, de nos souffrances mais aussi de notre acharnement à survivre et nous leur avions dit : si un jour, même lorsque nous aurons disparus, si vous vous sentez tristes, angoissés par la perte d’un être cher, voire la trahison de votre amour. Ce jour là, je vous demande de penser, ne fut-ce qu’un instant à tout ce que nous avons souffert, qui malgré nos efforts, reste indescriptible. Pourtant, nous n’avons jamais voulu mettre fin à nos jours. Pensez à nous avant de commettre l’irréparable, ce sera pour nous le plus bel encouragement à poursuivre nos débats. Et si nous ne sommes plus là, ce sera le plus beau cadeau que nous pourrions vous offrir, celui de la Vie, de Votre Vie. Vous vous douter de notre bonheur en lisant la lettre suivante d’une élève du Lycée Elie FAURE de LORMONT, qui a parfaitement compris le message et l’a appliqué aussitôt ! …vous avez été pour moi un message d’espoir. Lorsque j’ai envie de tout claquer, de tout abandonner, que je trouve la vie trop dure, je pense à vous. Alors j’arrête de penser, et je me laisse bercer par la vie, le temps fait son travail et laisse évoluer les choses vers des jours 8 meilleurs, après un moment de trouble réapparaît le bonheur et j’attends ainsi de voir ce que sera ma vie plus tard, même si parfois je ne vois que du noir ! D’autres lettres d’élèves font elles aussi référence au suicide fort heureusement manqué et nous encouragent à persévérer Ainsi, au fil du temps, notre message se veut à la fois encore plus humain, mais aussi plus pédagogique. DEPASSER LE CADRE STRICT ET IMPRESCRIPTIBLE DE LA MEMOIRE, N’EST-CE PAS AUSSI EMBELLIR NOS DERNIERES ANNEES DE VIE ? François SPIRLET Déporté de la Résistance, cofondateur de l’ A.D.M

Pour terminer ces extraits la lettre d’une élève de Terminale, qui évoque sans détour le problème du suicide des jeunes. :

Chers Papy et Mamies, Cela fait maintenant plus d’une semaine que je cherche dans ma tête et surtout dans mon cœur les mots que je voudrais vous dire. Je vous connais maintenant depuis quelques temps et à chaque fois que je vous vois, je me sens déjà beaucoup mieux. Vous savez, je crois que j’ai commis une énorme bêtise dans ma vie, comme vous l’avez dit à votre débat : j’ai commis l’irréparable. Mais je tiens à vous remercier au plus profond de mon cœur que c’est après votre débat, après la lecture de la lettre de cette jeune fille que j’ai compris. J’ai enfin compris que la vie c’est comme ça. On ne vit qu’une seule fois et qu’il ne faut pas gâcher ce que Dieu m’a donné. J’ai enfin compris grâce à vous mon Papi et mes Mamies, le sens du mot Espoir. Que dans la vie, sans aucun espoir il n’y a plus rien. Maintenant, j’ai décidé de me battre, de lutter jour après jour pour vivre. Faire comme vous, tout simplement.

6.

Cela ne sera pas facile mais quand je ne me sentirais pas bien, je penserai à vous tous et alors je continuerais à me battre pour vous, pour tous les gens que j’aime, et pour moi. Merci, grâce à vous je souris à la vie. Et la vie me sourit à son tour. Merci de m’avoir redonné l’espoir. Et surtout merci d’être venu faire ce débat et de m’avoir ouvert les yeux. Je ne vous oublierais JAMAIS. Je vous aime tous. Une de vos petites-filles qui est très fière de vous avoir comme grands-parents !